La fabuleuse épopée de l'USMontagnarde et mes coups de coeur

Ce grand Monsieur qu'est Charlot Le Bouedec était le dernier témoin des premiers pas de l'USM

 16 PHotos pages centrales Deux anciens René Toumelin et Charlot Le Bouédec.jpg

Dans le livre la belle histoire de l'USMontagnarde que j'avais écrit, la première personne dont j'avais recueilli le témoignage n'était autre que Charlot Le Bouedec. Charlot qui vient de nous quitté a tout autant, voir même plus peser que l'auteur du livre qui est sorti sur l'histoire de l'USM, puisqu'il  est le dernier témoin a avoir écrit les première pages glorieuses des forgerons.  Cette image a aujourd'hui pour moi une valeur particulière car Charlot pose aux cotés de René Toumelin. René qui est également aux cotés de Charlot sur la photo ci-dessous prise en 1949 au champ de Capote

 

 

 

 S'il était à 87 ans l'un des derniers témoins des premières heures de l' US Montagnarde,  Charlot Le Bouëdec n'en a pas moins gardé jusqu'à sa disparition la semaine dernière la mémoire intacte.« La Montagne est resté et restera à jamais mon club de cœur, car  je suis  l'un des rares survivants des premières années du club. Quand je ne peux pas aller au Mané Braz  c'est que je suis vraiment malade. J'ai  ainsi eut la chance de vivre avec beaucoup de fierté  toutes les épopées  dont celle d'Angers ou Montpellier  ». se félicitait il

 Si le feutré Mané Braz, théâtre de tant  d'exploits qui lui vaut le surnom(cher à l'un de ces dynamiques dirigeants par ailleurs ancien président Yannick Ménandais) de 'Temple du football amateur breton', Charlot se souvenait «  J'ai eu la chance d'y disputer le match inaugural c'était contre le FC Lorient.  En tant qu' ailier droit, j'en avais fait voir de toutes les couleurs à l'arrière latéral qui me marquais . Avec Julot  Maho, François Corrignan et le tout jeune Gilbert Le Chenadec on avait  déjà une belle équipe à cette époque».

Gilbert  qui rejoindra quelques temps après les rangs lorientais avant, aux côtés d'un autre montagnard Bernard Maligorne avant de faire étalage de tout son talent au FC Nantes ou il sera plus tard l'un des artisans du premier titre de champion de France obtenu par les canaris.

 Les Enfants de Lochrist Hennebont et le fameux Champ de Capote.

 CharlotSans titre5 (2).jpg

  Charlot  a droite accroupis sur la photo était le dernier témoin des premiers pas de l'USMontagnarde

 

 L'US Montagnarde est le club du front populaire (d’où ses couleurs bleus et rouge celle des jeunesses socialistes). Ce sont les jeunes des quartiers ouvriers de Kerglaw (La Montagne) et de Langroix qui poseront les premiers jalons de cette superbe aventure.Si les anciens malheureusement disparus se rappelaient avoir portés les couleurs des Enfants de Lochrist Hennebont avant de jouer sur le fameux Champ de Capote,Charlot n'était pas en reste «  Même si je n'ai porter les couleurs de la section football , par contre étant gamin je faisais parti de la fanfare. Comme j'habitais déjà Langroix à l'époque, on jouait entre nous chez Gaigne et quand

l' USMontagnarde s'est créer avec les collègues du quartier notamment les anciens tels Jobic Sciellour on est parti le rejoindre ceux de La Montagne,j'ai moi même débuté ma carrière en 1942  .Le Champ de Capote étant en pente cela donnait lieu à des situations cocasses. Les ouvriers des forges étant nos principaux supporters, faisait qu'on été bien suivis »

 Le fameux champ de Capote tel qu'il est aujourd'hui.

L'US Montagnarde témoin de la mémoire des forgerons et aussi club du front populaire. 

Charlot a lui même travaillé qui tout en apportant sa pierre à l'édifice au club est très attaché aux liens qui unit l'USM à  l'histoire des forges d'Hennebont. Ces liens qui sont en réalité des valeurs «La ville de Lochrist comme l'USM sont restés les symboles des luttes ouvrières , d'ailleurs dans les cafés après les matchs ou même au quotidien les anciens chantaient ces chansons un peu révolutionnaires, je le fais encore moi même dans certains repas en entonnant La butte rouge ' ».

Une histoire de famille.

Qu'ils soient de Kerglaw ou de Langroix  ce sont des générations entières qui ont portés la tunique bleu ciel et qui continuent avec passion soit à supporter soit à s'investir dans le club(c'est d'ailleurs l'un des secrets de la réussite du club montagnard). Les Le Bouedec n'échappent pas à la règle .  Comme ce fut le cas avec Jean Charles (le fils de Charlot) ou les Guy, Roland, Jacques « Seul mon cousin Désiré avait porté les couleurs des Tricolores de Lochrist » ironisait Charlot.

 Pour la petite histoire (amusante elle aussi),  lors de son service militaire à Marseille Charlot avec la réserve de l'OM peut se vanter d'avoir remporter en 1947 la coupe de Méditerranée. Si l'USM n'a jamais remporté celle de  Bretagne(ce sera peut être pour cette saison) un montagnard l'a fait il s'agit du cousin de Charlot Roland , lors d'une finale remporté au Mané Braz avec l' AS Brestoise contre les forgerons  .. Roland qui n'est autre que le beau père de Jérémy Morel le défenseur de... l' OL .

usmntag.jpg

 

   Sur cette photo  qui était au café Nignol,aux côtés de Charlot et Guy Le Bouedec,on y retrouve Gaby Guillemain qui fut un très bon gardien de but. Armand Nicolas qui deviendra par la suite charcutier à Langroix, Julot Flégeau un montagnard à l'état pure , Alain Coguic qui lui aussi a grandi sur la butte,  René Toumelin et Gaston Kervarrec dont le fils Patrice fait toujours parti des 20 meilleurs buteurs  du FC Nantes(Patrice qui entraînera également plus tard l'USM vit actuellement en Auvergne).

 

Charlot, repose en paix on ne t'oublie pas

 

 

'

 



23/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres